Kin-ball

Ce n’est pas « le roi du ballon » comme certains l’ont cru puisqu’il ne s’agit pas du mot « king  » mais le ballon règne de toute évidence sur ce jeu collectif que les CM2 viennent de découvrir…

Maîtrise, stratégie et rapidité sont les clés indispensables que les élèves vont développer au cours de ce cycle sportif.

Pour en savoir plus sur ce jeu, voir après les photos.

Origine et définition

Le kin-ball est un sport collectif créé au Québec en 1986 par Mario Demers, professeur d’éducation physique.Ce sport a ensuite été développé et réglementé par la société Omnikin, organisation regroupant des éducateurs physiques d’universités québécoises. Suite à des tests concluants qui suscitent l’engouement des enfants, le kin-ball est alors officiellement créé et réglementé dans les années 90.

La fédération internationale de Kin-Ball recense 3,8 millions de pratiquants essentiellement situés au Canada, aux États-Unis, au Japon, en Belgique, en France, en Suisse, au Danemark, en Espagne, en Allemagne et en Malaisie.

Les règles du jeu ont été élaborées de manière à mettre l’accent sur le respect des autres joueurs et des arbitres, l’esprit d’équipe, la réactivité, l’adresse et l’implication permanente de tous les joueurs.

Règles du jeu (championnat)

Une partie se décompose en 7 périodes de 7 minutes maximum.
La première équipe qui remporte 3 périodes gagne le match.

Le but du jeu consiste à servir le ballon à une des équipes adverses de façon à
ce qu’elle ne puisse le rattraper avant qu’il ne touche le sol.

Trois équipes de quatre joueurs sont présentes sur le terrain simultanément et
repérées à l’aide de dossards : les bleus, les gris et les noirs.
Le Kin-Ball se pratique en salle sur un terrain de 21,4 mètres × 21,4 mètres. La surface du terrain doit, de préférence, permettre de faire des glissades, par exemple avec du parquet. Aucun filet ou but n’est requis pour jouer.

La taille du ballon utilisé constitue une particularité remarquable du kin-ball. En effet, le ballon mesure 1,22 mètre de diamètre, mais pèse seulement 1 kg ! Pour les enfants, la taille est taille réduite à 84 cm. Ce ballon est constitué d’une baudruche en latex enveloppée dans une gaine en nylon.

La partie démarre au centre de la salle sous l’impulsion des coups de sifflet de l’arbitre. Une des équipes lance le ballon et doit désigner une équipe en criant « Omnikin » puis la couleur de l’équipe nominée. (exemple : « Omnikin noir »). La langue officielle du kin-ball étant le français, l’appellation des couleurs doit donc se faire en français.

Au moment de la frappe, toute l’équipe offensive doit être en contact avec le ballon. Le lancer doit être exécuté avec la partie haute du corps (généralement à un ou deux bras). Le ballon ne doit pas être frappé directement vers le bas, le début de sa trajectoire doit être ascendante.

L’équipe nommée doit rattraper le ballon pour éviter qu’il ne touche le sol. Elle peut le récupérer avec n’importe quelle partie du corps, sans l’emprisonner entre les bras. Si elle n’y parvient pas, 1 point est accordé aux deux autres équipes. Si elle récupère le ballon, c’est à elle de le relancer en désignant à son tour l’équipe qui doit le réceptionner.

Ainsi de suite jusqu’à ce qu’une faute soit commise. Si une équipe ne rattrape pas le ballon ou commet une faute selon les règles, l’arbitre siffle une fois et arrête le jeu. L’arbitre replace le ballon à l’endroit où la faute a été commise, siffle deux fois et le jeu recommence.

 

208 consultation(s)